Mine : la bauxite, un avantage qui profite pas au guinéen.

La République de Guinée est l’un des pays les plus riches en ressource du sol et du sous sol. Considérer comme le scandale géologique de l’Afrique de l’ouest la population de cette nation n’en profite pas de son immense richesse.

Avec une réserve estimé à 40 milliards de tonnes, la Guinée est le deuxième pays exportateur de la bauxite au monde derrière l’Australie, selon la banque mondiale. Et le premier avec le plus grand gisement non exploiter au monde.

La production annuelle du pays est passée de 59,6 millions de tonne en 2018 à 70,2 millions de tonne en 2019. Une augmentation de 18% en un an est dû à l’accord signer entre la Guinée et la société SMB (Société Minière de Boké) une société Chinoise. Qui exporte plus 35 million de tonne de bauxite par an. Depuis 2015 le professeur Alpha Condé a fait de la Guinée l’un des principaux exportateurs de la bauxite au monde, et plus grand exportateur de cette ressource vers la chine qui est le premier producteur de l’aluminium au monde.La région de Boké, situé au nord-ouest de la Guinée, est le point central de la récente croissance du secteur minier. Elle compte aujourd’hui des dizaines de carrières de bauxite à ciel ouvert, qui se démarquent facilement des paysages guinéens couvert de cette poussière que dégagent ces mines.Certes le développement du secteur de la bauxite apporte au gouvernement un revenu fiscal dont il a besoin, des milliers d’emplois et des bénéfices aux sociétés minières et à leurs collaborateurs, il a également de lourdes conséquences sur les communautés rurales vivant à proximité de ces mines. Les sociétés minières profitent de la protection des droits fonciers ruraux par l’autorité guinéenne pour exproprier des terres agricoles ancestrales sans offrir d’indemnisation adéquate, ou en versant des paiements qui ne compensent pas la douleur que ses habitants subissent. Les dégâts causés par ces mines aux sources d’eau, réduisent considérablement l’accès à l’eau potable, occasionnent la perte des terres agricoles et des moyens de subsistance.La situation infrastructurelle, sécuritaire, sanitaire, de l’éducation est aussi très faible dans ces régions qui abritent ces sociétés minières.Si quelques hommes peuvent obtenir des emplois dans les sociétés minières pour compenser les terres ou les revenus qu’ils ont perdus, rare sont les femmes qui travaillent par ces entreprises (sociétés de mines), alors même qu’elles sont souvent chargées de trouver d’autres sources de nourriture en raison du manque à gagner dû à l’exploitation minière.

Alpha Oumar Diallo

Kountia: ISIC VULGARISE SES VALEURS

le cadre de rendre accessible des valeurs et la qualité d’enseignement de l’institut supérieur de l’information et de la communication aux élèves lyciens des complexes d’OKA et DE Baba CISSE, les étudiants de la licence3 communication ont organisé une journée portes Dans ouvertes ce samedi 23 avril 2016. Cette organisation a permit à ces élèves de s’enquérir de quelques réalités de l’institut et la qualité d’enseignement.

Les organisateurs tous habillés en noir sur blanc, font les vas et viens dans l’enceinte dudit institut. A l’entrée de la cour, sont affichés des banderoles décorés en noir et rouge, ainsi qu’au niveau du petit terrain .Ces affiches renseignes sur les dates des évènements que compte organisés les communicants dans les prochains jours. Au niveau du grand portail, sont arrêtés deux vigils  habillés en pentalons noir et chémise vertes. Devant eux, sont placés des kits pour le lavage des mains. A la droite de ces kits, on entend le brouillis d’un groupe électrogène. Dans le petit terrain de Foot et de Baskette Ball, on remarque la présence de deux jeunes. Un entrain de réparer les poteaux des Basketteurs, l’autre avec truelle déposer à ses cotés, pèle en main, mélange le ciment et arrange quelques parties en dégradation au sein du terrain. C’est cette physionomie que présente l’ISIC en ce 23 avril.

Il est 11heures15mn .Nous faisons le tour de l’institut. Pendant ce temps, certains organisateurs, accordent des interviews à leurs amis étudiants en journalisme .Ces étudiants veulent avoir d’emblées d’informations sur l’évènement au compte de leur devoirs pratiques. Autres étudiants dans certaines salles de classes, font cours en attendant l’arrivé des invités. Derrière le bâtiment principal de l’institut, sont assis quelques uns en des petits groupes et débattent de certains sujets d’actualités.

Il est 11heures 30mn. Nous assistons à l’arriver d’un groupe d’élèves lyciens, conviés à l’évènement .ces élèves sont distingués à partir de leur ténue de bleue-blanche. Objectifs de la visite, venir observer et de s’enquérir des réalités de l’ISIC. Poursuivant, nous tendons le micro à un des élève de la terminale sciences sociales au groupe scolaire Baba CISSE : « Je suis très heureux d’être présent à l’invitation.Car, cette visite m’a permit de connaitre beaucoup de choses sur l’SIC à travers ses valeurs et sa qualité d’enseignement. Aussi, je me battrai pour non seulement avoir le Bac, mais de chercher la moyenne qu’exige l’ISIC, pour que je sois orienté dans cet institut »nous confie Thierno Ibrahime BARRY.

Cette journée porte ouverte suivie par une visite guidée qui a durée 3heures, est aussi marquée par d’autres évènements tels que la présentation d’un journal produit par les étudiants de licence3 journalisme audio visuel dans l’amphi théâtre. C’est par les petites interviews accordées par ces lyciens aux étudiants en journalisme, que l’évènement a prit fin d’un climat doux et dans une ambiance fertile.

Sâa Robert KOUNDOUNO

Le dialogue, pas à l’ordre du jour au sein de l’UFDG

UFDG  s’abstient  à tout dialogue politique tant que  les  membres de l’ANAD et de FNDC  sont détenus à la maison centre de Conakry et que son siège social reste barricader par les forces de l’ordre,

Après les élections présidentielles du 18 octobre dernier une crise politique frappe la guinée qui s’est soldée par plusieurs   morts et beaucoup d’arrestations dans le camp de   l’opposition (ANAD, FNDC) et la fermeture du  siège du parti  du principal challenger d’Alpha Condé.

Après plusieurs mois de crise, Sekhoutoureya tend les mains pour amorcer la tension au sein de l’arène politique guinéenne mais  pour Cellou Dalein Diallo pas question de parler de dialogue.

Le patron de l’UFDG se dit prêt à en découdre avec les autorités de Conakry sur le dialogue politique prôné par Alpha Condé. Au terme de l’Assemblée générale de l’UFDG qui s’est tenu ce samedi, le principale opposant d’Alpha Condé a réitéré sa détermination de s’abstenir de tout commentaire sur le dialogue politique tant que les membres  de l’ANAD et du FNDC seront maintenus en détention, que ses bâtiments  seront fermés et  que lui et son entourage sont empêchés de voyager.

Selon Cellou, c’est à l’unanimité que le parti a décidé de  s’abstenir  de toutes questions sur le dialogue  tant que ces exigences ne sont pas respectés : «  L’UFDG ne peut pas parler lorsqu’il a le couteau à la gorge, on était tous d’accord de nous abstenir de tout commentaire par rapport à cette question, tant que nos camarades, nos collaborateurs, nos militants arbitrairement détenus sont dans les prisons. Nos bureaux et le siège sont fermés par les forces de défense et de sécurité. Tant que cette situation prévaut, on ne parlera pas de dialogue. On ne dira pas c’est bon, on ne dira pas que c’est mauvais, on ne dira absolument rien, tant que les droits et libertés du président, de sa famille et de ses collaborateurs sont  bafoués.» Affirme le patron du parti.

A rappeler que plusieurs diplomates(les ambassadeurs des USA, de la France, de l’UE, le coordinateur  du système des Nations Unis et le représentant de la CEDEAO) ont rendu un visite au président de l’UFDG pour essayer de désamorcer  la crise politique.

Alpha Oumar Diallo

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.